Pour éviter de se faire passer un sapin!


Partie 1 : les essences de bois

Le bois des conifères ou « bois mous », lorsqu’il est fendu en éclisses, est certes du bon bois d’allumage. Toutefois, ce bois est peu prisé pour chauffer le foyer à cause de sa faible valeur calorifique. C’est lorsqu’on en retrouve dissimulé dans une corde de bois franc destinée à chauffer la maisonnée qu’on vient de se faire passer un sapin, selon l’expression populaire.
Toutes les essences de bois n’ont pas le même pouvoir pour chauffer et les bûches de celles qui ont de faibles rendements risquent de se consumer trop vite. De plus, lors de leur consumation, les conifères dégagent des quantités considérables de résines favorisant la formation de créosote dans la cheminée. Le mieux est donc de brûler des bois francs et secs.
Parmi toutes les essences de bois qu’on retrouve au Québec, nous les présentons ici des meilleures aux moins efficaces en fonction de la valeur calorifique dégagée (en milliers de BTU) par corde sèche (128 pi³ ou 4’X4’X8,) de bois.

1.     Orme liège                                        32 000
2.     Caryer ovale                                     30 600
3.     Chêne blanc                                      30 600
4.     Caryer cordiforme                             29 200
5.     Érable à sucre                                   29 000
6.     Hêtre à grande feuille                       27 800
7.     Chêne rouge                                     27 300
8.     Bouleau jaune                                  26 200
9.     Orme rouge                                      25 400
10.   Frêne blanc                                      25 000
11.   Orme d’Amérique                            24 500
12.  Mélèze laricin                                  24 100
13.   Érable rouge                                    24 000
14.   Cerisier tardif                                  23 500
15.   Bouleau blanc                                 23 400
16.   Bouleau gris                                    22 700
17.   Frêne noir                                        22 600
18.   Érable argenté                                 21 700
19.   Épinette rouge                                 19 300
20.   Pruche de l’Est                                17 900
21.   Peuplier-faux-tremble                       17 700
22.   Noyer cendré                                   17 400
23.   Peuplier baumier                              17 260
24.   Pin blanc                                         17 100
25.   Tilleul d’Amérique                           17 000
26.   Thuya occidental (cèdre)                  16 300
27.   Épinette blanche                              16 200
28.   Sapin baumier                                 15 500

Il est intéressant de constater que, selon cette liste, le sapin est plus de 50% moins efficace que la meilleure des espèces. Il faut comprendre qu’une corde « 100% érable » peut très bien contenir de l’érable rouge ou argenté (« plaine ») dont la valeur calorifique est de 17% à 25% plus faible que l’érable à sucre. Vaut donc mieux avoir l’œil aussi aiguisé que la scie pour reconnaître ces essences de bois ! Voici quelques exemples classiques d’écorces qu’on ne devrait pas retrouver dans notre corde de bois de chauffage.



Il est également intéressant de constater que le bouleau blanc, souvent boudé par les consommateurs, n’est pas tellement moins calorifique que l’érable rouge. 

La suite dans l'infolettre de janvier 2020!

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Abatteuse multifonctionnelle sur chenilles

Le pimbina (Viorne Trilobé)