Messages

Pour éviter de se faire passer un sapin!

Image
Partie 1 : les essences de bois
Le bois des conifères ou « bois mous », lorsqu’il est fendu en éclisses, est certes du bon bois d’allumage. Toutefois, ce bois est peu prisé pour chauffer le foyer à cause de sa faible valeur calorifique. C’est lorsqu’on en retrouve dissimulé dans une corde de bois franc destinée à chauffer la maisonnée qu’on vient de se faire passer un sapin, selon l’expression populaire. Toutes les essences de bois n’ont pas le même pouvoir pour chauffer et les bûches de celles qui ont de faibles rendements risquent de se consumer trop vite. De plus, lors de leur consumation, les conifères dégagent des quantités considérables de résines favorisant la formation de créosote dans la cheminée. Le mieux est donc de brûler des bois francs et secs. Parmi toutes les essences de bois qu’on retrouve au Québec, nous les présentons ici des meilleures aux moins efficaces en fonction de la valeur calorifique dégagée (en milliers de BTU) par corde sèche (128 pi³ ou 4’X4’X8,) de bois.

Abatteuse multifonctionnelle sur chenilles

Cette abatteuse multifonctionnelle sur chenilles pratique une coupe d’éclaircie dans un peuplement mixte. C’est l’équipement idéal pour les forêts mixtes ou résineuses. Bonne capacité portante au sol grâce à ses chenilles, elle convient bien aux sites plus humides. L’abattage directionnel contrôlé ne cause pas de blessures. La tête abat, ébranche et tronçonne des arbres pouvant aller jusqu’à 53 cm de diamètre. Elle est calibrée pour façonner des billots de la longueur désirée, selon les spécifications du marché. La productivité moyenne de cet équipement est d’environ 3 hectares par semaine.






La maladie du rond chez les pins : mesures préventives de récolte

Image
Dans l’est du Canada, la maladie du rond, causée par le champignonHeterobasidion irregulare, peut infecter toutes les sous-espèces de pins, mais principalement le pin rouge (pinus resinosa). L’inoculation du champignon survient lors de la récolte forestière. En plus des pinèdes naturelles, le Québec compte des centaines d’hectares de plantations de pins, il est donc recommandé de suivre certaines recommandations lors de la récolte afin de limiter la propagation de la maladie aux arbres résiduels à proximité.


Mode de propagation L’infection par le champignon Heterobasidion irregulare peut se produire lors des interventions de récolte par la dissémination par le vent de ses spores qui se déposent sur les souches fraîches. Une fois implanté, ce champignon progresse jusqu’aux racines et se propage aux autres arbres par contacts ou greffes racinaires. Source: Ressources naturelles Canada, 2017
La progression du champignon est d’environ 1 mètre par année et il se propage souvent de manière rad…

Du pin sur la planche

Image
En forêts naturelles ou en plantation, les pins ont de tout temps été des espèces recherchées pour leurs propriétés ligneuses en charpenterie et en ébénisterie. Sachez que trois espèces de pins indigènes et une exotique poussent au Québec. Le plus majestueux est le pin blanc. Tout comme le pin rouge et le pin gris, toutes les espèces poussent généralement mieux sur des sols sablonneux et bien drainés. Le pin sylvestre, ou d’Écosse, a été introduit au Québec dans la vallée du Saint-Laurent au cours du siècle dernier.
La période hivernale est la meilleure saison pour effectuer la récolte des pins. D’abord, cette précaution évitera de contaminer les souches par l’inoculation potentielle d’un champignon qui occasionne la maladie du rond lorsqu’il n’y a pas de couverture de neige.
Aussi,pour le pin blanc, et dans une moindre mesure que le pin rouge, la qualité de la fibre pour le bois de sciage s’altère par le bleuissement du bois si l'on procède à sa coupe entre la fin mars et la fin se…

Faune et protections des plantations feuillues

Image
Après la perte de leur feuillage à l’automne, les jeunes arbres subissent souvent des dommages causés par une prédation par les rongeurs ou les cervidés qui s’en nourrissent. En effet, pendant cette période et jusqu’à la fin de l’hiver, les rongeurs et les cervidés ont très peu de ressources à leur disposition et leurs déplacements deviennent plus limités. Certains rongeurs creusent des galeries sous la neige pour se nourrir de l’écorce tendre des jeunes arbres. Les dommages par annelage peuvent être importants à l’intérieur d’une plantation si la population de rongeurs (ex. : mulot) est élevée. Lorsque l’écorce est rongée sur toute la circonférence de l’arbre, le risque de mortalité est considérable. Puisque la sève de l’arbre circule à l’intérieur d’une fine couche située juste sous l’écorce (aubier), lorsque cette dernière est sectionnée, l’arbre ne pourra survivre à la prochaine saison de croissance. Les cervidés, quant à eux, se nourrissent des bourgeons terminaux et branches fin…

Érablières: La coulée d'automne

Image
En saison automnale, on observe une diminution des heures d’ensoleillement et de la température. Pour certains acériculteurs québécois, c’est aussi une période de coulée dans leur érablière. Dans un contexte où les entreprises acéricoles visent des augmentations de volume de production (« croissance »), on peut se questionner sur cette pratique peu courante.
Pour instaurer la coulée, il est essentiel d’observer des cycles de gel-dégel dans une période de 24 heures. On associe cette particularité climatique à la saison printanière, mais cela se produit également à la période de transition de l’automne.
Selon une étude du Centre Acer et vulgarisée par le biologiste Stéphane Guay (Érable et chalumeaux, 2018), cette pratique ne serait pas viable. La sommation des coulées d’une érablière entaillée à la fois à l’automne et au printemps dans la même entaille (rafraîchit ou non) produirait un volume moins important d’eau d’érable qu’un seul entaillage printanier. L’entaille étant utilisée deux…

Commande de plants de reboisement

Image
Ce message s’adresse uniquement aux propriétaires forestiers détenant un statut de producteur forestier reconnu en vigueur.
Le temps est venu de planifier vos besoins d’arbres forestiers pour le printemps 2020. À titre de producteur forestier, vous pouvez bénéficier des plants de reboisement produits gratuitement par la pépinière du Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs à Berthierville moyennant quelques frais administratifs et de manutention de notre part. Ces frais varieront entre 40¢ et 50¢ par plant en fonction du nombre total de plants commandés pour l’ensemble des producteurs.


Voici les espèces disponibles :
Résineux Feuillus Épinette blanche Bouleau jaune Épinette noire Caryer cordiforme Épinette de Norvège Cerisier tardif Épinette rouge Chêne à gros fruits Mélèze laricin Chêne rouge Pin blanc Érable rouge Pin gris Érable à sucre